Culture : Cannes expose le travail de plasticienne d’Agnès Varda

Une tong qui défile dans une bouée, en suspension sur une corde à linge ou en frise sur un mur. Voici un hommage à la plage, où le soulier de l’été se trouve exposé à côté de ses acolytes. L’installation, intitulée « Ping-pong, tong et camping« , est d’Agnès Varda. « C’est une petite allitération, c’est marrant. Cela montre tout l’humour d’Agnès Varda. C’est une installation qu’elle avait créé pour la Fondation Cartier. On a réutilisé les plans qu’elle a laissé et les objets aussi qu’elle avait chiné un peu partout« , explique Hanna Baudet, directrice du Pôle d’Art Contemporain de Cannes (Alpes-Maritimes).

Réutiliser ses œuvres

Agnès Varda la glaneuse fait d’une cabine abandonnée, une cabine de ciné, où sont diffusées des images de bonheur et des images de journaux télévisés. À l’extérieur, a été planté la tente de Mona, de « Sans toit ni loi« . Au mur de la cabane sont accrochés des centaines de minis posters de Sandrine Bonnaire. « Quand le film n’est plus diffusé au cinéma, le film est stocké dans des bobines sur un étagère et ça, c’est quelque chose qui lui déplaisait donc en faire une œuvre d’art permet de continuer à vivre et de ne pas prendre la poussière« , rapporte Hanna Baudet.

Source: Lire L’Article Complet