HashtagBoomer : de quoi parle la nouvelle série d’OCS ?

Une bande de potes trentenaires qui s’interroge sur son avenir, tout en gérant des parents dépassés par la révolution numérique, c’est HashtagBoomer, avec Olivier Marchal, Manon Azem et Amanda Lear. Premières infos, premières images.

HashtagBoomer, c’est la nouvelle série événement d’OCS, produite par Maïtena Biraben et Alexandra Crucq, et réalisée par Constance Maillet, auteure -réalisatrice dont le coup d’essai est clairement un coup de maître. Au programme, huit épisodes de vingt-six minutes pour zoomer avec acuité et malice sur le conflit des générations, avec, en fond d’écran, la révolution numérique et son déluge d’applications. Sur la ligne de départ, quatre amis d’enfance, incarnés par Manon Azem – qui a bien changé depuis Section de recherches… – Jules Sagot (Le bureau des légendes), Bellamine Abdelmalek (Hippocrate) et Allison Chassagne (Irresponsable). En face, des parents empêtrés dans la toile – mais plein de bonne volonté ! -, interprétés, entre autres, par Olivier Marchal, Christine Citti, Laurence Bibot – maman dans la vie d’une certaine Angèle – et … Amanda Lear.

Entre les deux, beaucoup d’amour, pas mal de questionnements, mais pas forcément les mots "pour le dire". A fortiori quand un bébé s’apprête à pointer le bout de son nez dans cette bande de potes pour la première fois confrontée à la parentalité : "L’idée, ce n’est pas de démontrer qu’il existe une génération qui sait tout, face à une autre qui ne sait rien", tient à préciser la réalisatrice. "Nous vivons sur un fantasme qui présuppose que les jeunes maîtrisent à fond les nouvelles technologies, alors qu’ils sont juste un peu plus à l’aise. Nous avons toujours besoin de nos parents dans de nombreux domaines. Avec cette série, c’est la transmission qui m’a intéressée."

HashtagBoomer : nous avons assisté au tournage

Bob de pêcheur vissé jusqu’aux oreilles, bottes en plastique et gilet multi-poches, Olivier Marchal débarque sur le décor installé en bord de Marne. "Je suis en train de perdre les derniers fans qu’il me restait, j’en n’avais déjà pas beaucoup…", ironise-t-il ! Après Brad Pitt dans Et au milieu coule une rivière, Olivier Marchal dans HashtagBoomer ! Eclats de rire sur le plateau. Pour celui qui interprète, André, le père rugueux et carrément old school du futur papa, Hassan, joué par Bellamine Abdelmalek, l’antagonisme générationnel, ce n’est que pas de la fiction : "Moi qui ai quatre enfants, de 27, 22, 16 et 11 ans, j’ai vécu à peu près toutes les situations possibles et imaginables. Et comme les pommes ne tombent pas loin du pommier, j’ai fait quatre flèches !", s’amuse-t-il. "Avec Internet, l’écart se creuse de plus en plus vite et ce sont eux qui viennent m’aider quand j’ai un problème d’ordi. Quand je vois comment je réagis devant Youtube, je me fais penser à mon père qui ne savait pas mettre une cassette lorsque les premiers magnétoscopes sont sortis …"

Pourtant, s’ils semblent éloignés par le monde virtuel, dans HashtagBoomer, c’est bel et bien ensemble que parents et enfants se retrouvent pour affronter la réalité. Souvent cocasses, parfois touchants, les échanges ne sont jamais venimeux : "Même si les technologies évoluent très vite, les rapports entre les générations ne sont pas conflictuels, souligne Olivier Marchal. Dans cette bande de mômes, j’ai retrouvé les potes de ma fille, Zoé, quand elle me les ramène à la maison. Ça m’éclate d’être avec ces gamins !". Comment son personnage va-t-il apprécier de figurer désormais au rayon "grand-papa" ? C’est une autre histoire, à découvrir dès le 25 novembre sur OCS Max.

Source: Lire L’Article Complet