Inné ou acquis, l'instinct « Maternal » en question

  • Dans « Maternal », une jeune nonne termine son noviciat aux côtés de très jeunes filles-mères dans un pays, l’Argentine, où l’avortement est interdit.
  • La réalisatrice Maura Delpero passe leurs rapports au crible, mêlant actrices non professionnelles et comédiennes aguerries pour ce film très émouvant.

L’instinct maternel est-il inné ou acquis ? C’est la question que pose Maternal de
Maura Delpero. La réalisatrice italienne installée à Buenos Aires confronte deux jeunes filles-mères et une nonne de leur âge dans un foyer qui accueille des mamans seules et dépassées.

View this post on Instagram

🤱 Découvrez le teaser de MATERNAL de Maura Delpero "Une plongée passionnante dans un foyer religieux pour jeunes filles-mères en Argentine." *** @premierefr AU CINÉMA LE 7 OCTOBRE Paola quitte l’Italie pour Buenos Aires où elle doit terminer sa formation de Sœur au sein d’un foyer pour mères adolescentes. Elle y rencontre Luciana et Fatima, deux jeunes mères de 17 ans. A une période de leur vie où chacune se trouve confrontée à des choix, ces trois jeunes femmes que tout oppose vont devoir s’entraider et repenser leur rapport à la maternité. #maternal #hogarfilm #mauradelpero #lidiyaliberman #renatapalminiello #denisecarrizo #festivaldelocarno #cinema #cinemaargentin #cinemalatino #argentine #enfance #maternite #nonne #couvent #foi #pardon #mementofilmsdistribution

A post shared by Memento.Films (@memento.films) on

Entre la jeune fille qui termine son noviciat et les gamines qui pensent plus à sortir faire la fête qu’à s’occuper de leur progéniture, les relations ne sont pas toujours évidentes. En Argentine, l’avortement est interdit ce qui explique le nombre de naissances obligées pour ces filles encore mineures.

Au cœur du foyer

Ce premier long-métrage de fiction d’une réalisatrice issue du documentaire plonge dans leur quotidien avec une compassion palpable. Maura Delpero a donné des cours de cinémas dans l’un de ces foyers avant d’écrire son scénario. « Cela m’a évité d’être perçue comme un corps étranger envahissant et j’ai réussi à m’intégrer dans cette communauté », explique-t-elle dans le dossier de presse, tirant le meilleur parti du talent d’actrices non professionnelles et de comédiennes aguerries pour brosser le tableau d’un groupe de femmes aux idéaux aussi différents que leurs réactions.

Etre mère ou pas

L’une des mamans a bien du mal à gérer sa fillette à laquelle la nonne a tôt fait de s’attacher. « Confronter la maternité précoce des filles avec la maternité absente des sœurs est une situation très particulière », précise-t-elle. Les rapports entre ces jeunes femmes cornaquées par des nonnes plus âgées, tantôt sévères, tournent à l’aigre entre jalousie larvée et rivalité ouverte. Des filles immatures mises en face de responsabilités qu’elles peinent à assumer sont au centre d’une intrigue qui fait passer les spectateurs de la compassion à l’agacement face à ces héroïnes paumées.

Des choix douloureux

« La maternité adolescente m’a semblé être une situation extrême dans laquelle les sentiments contradictoires, que beaucoup de femmes ressentent envers la maternité et qu’elles n’osent pas avouer, sont plus évidents », insiste la cinéaste. Le questionnement des héroïnes et leurs douloureux choix de vie sont montrés de façon aussi sobre que poignante dans cette œuvre dépourvue d’effets mélodramatiques.

Source: Lire L’Article Complet