INTERVIEW. Colette (Le Quiz des champions) : "Je n’ai peur de personne"

Grande championne de Questions pour un champion, Colette a accepté de se confronter à neuf autres champions de jeux TV dans Le Quiz des champions, ce samedi 9 octobre à 21 heures sur France 2. Elle se confie à Télé Star.

Télé Star : Pourquoi avoir accepté de participer à cette compétition ?

Colette : Tout simplement, on m’y a invitée et cela ne se refuse pas. Je n’ai pas hésité. Mes seules réticences concernaient la situation sanitaire. Mais toutes les précautions ont été prises donc j’y suis allée en confiance.

Parmi les 9 autres champions, lequel vous faisait le plus peur ?

Je n’ai peur de personne. J’en connaissais certains personnellement. Je suis quelqu’un de bienveillant mais je n’ai pas peur.

Vous vous êtes entraînée particulièrement pour ce programme ?

S’entraîner, c’est un bien grand mot. Ça serait mentir de dire que je n’ai pas fait quelques relectures, notamment sur l’actualité, les derniers résultats sportifs, les derniers films qui sont sortis… Mais j’y suis allée avec ce que j’avais déjà dans la tête.

Comment gérez-vous votre stress ?

Je ne connais pas le stress. Sur le plateau, je suis comme à la maison. J’ai été professeur d’histoire. C’est plus compliqué d’arriver devant 30 élèves qui n’ont pas spécialement envie de vous écouter que d’arriver sur un plateau où les gens sont gentils avec vous.

Vous avez envie de vous inscrire à de nouveaux jeux ?

Je suis ouverte à toutes propositions. Mais le jeu auquel je suis le plus fidèle reste Questions pour un champion.

Colette (Questions pour un champion et Le Quiz des champions) : "Je ne dirais pas de mal de Julien Lepers"

Justement, vous avez participé pour la première fois à Questions pour un champion en 1996 avec Julien Lepers mais aussi récemment avec Samuel Étienne. Qu’est-ce-qui différencie ces deux animateurs ?

Julien Lepers est un grand professionnel que j’admire pour ça. Après, il a son style. On le connaît, c’est une star. Samuel Étienne est beaucoup plus dans l’empathie, dans la simplicité. J’ai apprécié les deux. Il est de bon ton de dire du mal de Julien Lepers mais je n’en dirais pas

Source: Lire L’Article Complet