Johnny Depp sait faire peur dans « Waiting for the Barbarians »

  • Johnny Depp incarne un officier sadique dans « Waiting For the Barbarian », présenté au Festival de Deauville en 2019.
  • Robert Pattinson et Mark Rylance lui donnent la réplique dans cette fable anticolonialiste.
  • L’acteur y livre une performance glaçante et sobre.

Waiting For the Barbarians de Ciro Guerra avait fait sensation au
Festival de Deauville 2019, tout juste un an avant sa sortie en vidéo chez M6 ce mercredi. Ce conte cruel inspiré d’En attendant les barbares du prix Nobel de littérature
J.M. Coetzee marquait le retour à l’écran de
Johnny Depp dans un rôle d’officier sadique.

Robert Pattinson en sous-officier détestable et
Mark Rylance en magistrat ambigu lui donnent la réplique dans ce film envoûtant dans lequel le réalisateur des Oiseaux de passage (2019) plonge le spectateur dans un pays menacé par la dictature. « Je trouvais intéressant que sa situation géographique ne soit jamais clairement donnée, avait déclaré Johnny Depp à Deauville, lors d’une conférence de presse bondée. Ce que décrit le film pourrait se dérouler n’importe où et dénonce les abus de pouvoirs des représentants de l’autorité quels qu’ils soient. » Cette fable anticolonialiste laisse le temps au temps pour faire passer son message.

Un enfant maltraité

Avec sa bouche pincée et ses petites lunettes noires, l’acteur livre une performance inquiétante. Loin des personnages excessifs qu’il a souvent incarnés, Johnny Depp reste aussi sobre que glaçant. « Comme je ne pouvais rien faire passer par le regard en raison de mes verres fumés, j’ai joué sur le côté monolithique de cet homme que je considère comme un enfant maltraité qui extériorise sa colère en persécutant les autres », explique-t-il. Ce militaire pervers mène la vie dure à une jeune fille incarnée par la comédienne mongole
Gana Bayarsaikhan , découverte du film qui apporte une vraie fraîcheur dans un univers patriarcal.

Une préparation en musique

« Je pense que l’homme que j’interprète peut finir par s’autodétruire ou sombrer dans la folie », reconnaît Johnny Depp. Sur le tournage, l’acteur semble s’être montré largement plus chaleureux que son personnage terrifiant. « Il était venu avec sa guitare et nous jouait des morceaux entre chaque prise, se souvient Mark Rylance. C’était une bonne façon pour se mettre en condition ! » Fan de musique, Johnny Depp lui a même confié qu’il adorerait faire un documentaire sur Alice Cooper.

DVD : 15 €/Blu-ray : 20 €, M6 Vidéo

Source: Lire L’Article Complet