La Grande Évasion : la véritable histoire derrière le film

Tiré d’un livre de Paul Brickhill sorti en 1950, ce film est le récit d’une véritable évasion qui a eu lieu pendant la Seconde Guerre mondiale. Cette histoire, incarnée entre autres par Steve McQueen et Charles Bronson, a été adaptée au cinéma par John Sturges. A voir sur Arte, dimanche 6 décembre à 20 h 50.

En pleine Seconde Guerre mondiale, au Stalag Luft III, en Pologne, sont détenus des prisonniers de guerre, tous aviateurs et, pour la plupart, véritables têtes brûlées. Au début de l’année 1943, l’un d’eux, Roger Bushell, forme le Comité X et expose son plan à ses codétenus. Il s’agit de creuser plusieurs tunnels pour permettre une évasion à grande échelle. Plus de 500 prisonniers se mettent à la tâche. Brosses à dents, boîtes de conserve, savons, résine des arbres, ficelles, lattes des sommiers… , chaque objet collecté sert ainsi à la construction des tunnels surnommés Dick, Harry et Tom. Mais en sous-sol, la terre meuble et sableuse s’affaisse et ralentit la progression. Cette terre est, par ailleurs, beaucoup plus claire que celle en surface et son déblaiement pose problème. L’un des aviateurs, Paul Royle, a l’idée de confectionner de longues chaussettes, percées aux extrémités et portées autour du cou. Une fois les chaussettes remplies de sable, les bords, jusque-là retenus par de simples ficelles, sont relâchés et le contenu s’évacue le long des jambes. À chaque déversement, des prisonniers sont chargés de mélanger le sable jaune à la terre du camp à l’aide de râteaux. D’autres équipes confectionnent de faux-papiers, des vêtements de ville…

Un plan ingénieux qui a rendu Hitler ivre de rage

Un an après le début des travaux, dans la nuit du 24 au 25 mars 1944, 200 hommes se présentent au baraquement 104. Les membres du Comité X passent en premier, l’ordre de passage est ensuite tiré au sort. Dans le documentaire Seconde Guerre mondiale – Les secrets d’une grande évasion diffusé en 2014 sur National Geographic, Frank Stone se souvient de cette nuit : "Il y avait une tension incroyable parce que nous savions tous que nous n’aurions pas de seconde chance." Malgré l’ingéniosité du plan, l’un des accès, trop court de quelques mètres, expose les prisonniers à la vue des nazis. L’alerte est donnée. Soixante-seize prisonniers parviennent à s’enfuir. Le pilote britannique Roger Bushell est retrouvé quatre jours après l’évasion et fusillé. Vingt-trois autres sont ramenés au camp. Trois aviateurs seulement ont pu regagner la Grande-Bretagne sains et saufs. En apprenant la nouvelle, Hitler, fou de rage, fait exécuter 50 prisonniers, violant ainsi les accords de Genève.

Source: Lire L’Article Complet