La Porte du Paradis a 40 ans : retour sur le chef-d'oeuvre mutilé de Michael Cimino

Il arrive régulièrement qu’Hollywood mutile les films. La Porte du Paradis de Michael Cimino, qui souffle ses 40 ans, est de ceux-là. Retour sur une oeuvre qui a tué la carrière d’un immense cinéaste, que nous avions rencontré en 2013.

En 1979, Michael Cimino est le cinéaste le plus courtisé d’Hollywood, après la moisson d’Oscars effectuée par son chef-d’oeuvre absolu, Voyage au bout de l’Enfer. A peine deux ans plus tard, il devient un véritable paria. Que s’est-il passé entre les deux ? La Porte du Paradis, dont on célèbre ce 22 mai le 40e anniversaire de sa sortie en salle en France.

Pour tout dire, certains ne pardonnent toujours pas à Cimino -quand bien même le cinéaste nous a quitté en 2016- cette cruelle démystification de l’Ouest américain, ni d’avoir provoqué la faillite de la United Artists, le mythique studio fondé par Charles Chaplin, D.W. Griffith et Mary Pickford, en raison de ses multiples dépassements de budget.

Tout au long du tournage, Michael Cimino a fait preuve d’un perfectionnisme frisant la mégalomanie. Il y avait déjà quatre jours de retard sur le planning après cinq jours de tournage, car il n’était pas rare que le cinéaste fasse 50 prises d’une même scène.

Au final, le tournage s’est étalé sur 165 jours. Cimino alla jusqu’à faire refaire les espacements entre les édifices d’une rue parce leurs écarts n’était pas le bon, ou repeindre une prairie qu’il jugeait pas assez verte… Les rumeurs enflèrent bien vite, comme celle où on l’accusa d’avoir dépensé 50.000 $ en cocaïne sur le tournage.

Le montage fut tout aussi épique puisque Cimino, possédant le “Final cut”, posta un garde armé devant la salle de montage qui avait pour ordre de ne laisser entrer aucune personne en provenance d’United Artists. Le studio fut horrifié lorsqu’il découvrit le tout premier montage du film, issu de 220h de rush, d’une durée de 5h25. Cimino expliqua même avoir fait une concession en coupant déjà 15 min dedans.

La durée du film était de toute façon inexploitable, et Cimino ramena sous la contrainte le montage à 219 min. Ce montage ne fut projeté qu’une fois à l’occasion de la première à New York le 19 novembre 1980. Assassiné par la critique, le film ressorti en salle six mois plus tard, dans un montage de 149 minutes. Mais le mal était déjà fait : la mauvaise publicité et les critiques assassines de la première avaient déjà ruiné la carrière du film.

  • Qui chante là-bas ? Bande-annonce VO

    Allocine

  • L'Etreinte Bande-annonce VF

    Allocine

  • Mash up Studiocanal 2021

    Allocine

  • Mash up Warner 2021

    Allocine

  • Mash up Universal 2021

    Allocine

  • Mash up UGC 2021

    Allocine

  • Mash up CGR 2021

    Allocine

  • Mash up Gaumont 2021

    Allocine

  • Mash up Apollo 2021

    Allocine

  • Le Guépard Bande-annonce VF

    Allocine

  • Unstoppable Bande-annonce VO

    Allocine

  • Moi, Daniel Blake Bande-annonce VO

    Allocine

  • The Ice Road Bande-annonce VO

    Allocine

  • Black Widow EXTRAIT VO "Tu as un plan ?"

    Allocine

  • Beethoven Bande-annonce VO

    Allocine

  • Le dernier trappeur Bande-annonce VF

    Allocine


  • Qui chante là-bas ? Bande-annonce VO
    Le film fait partie de la sélection Cannes Classics 2020.

    Yougoslavie, avril 1941. Une faune rocambolesque – un apprenti chanteur, un tuberculeux, un chasseur, un notable, un ancien combattant, deux musiciens tsiganes… – attendent l’arrivée d’un car brinquebalant qui doit les emmener à Belgrade. Menée par un chauffeur totalement irascible, la petite troupe s’embarque dans un voyage loufoque accueillant au passage un couple de jeunes mariés. Mais rien ne se passe vraiment comme prévu…


    Allocine


  • L'Etreinte Bande-annonce VF
    Margaux a perdu son mari et commence une nouvelle vie. Elle s’installe chez sa sœur et s’inscrit à l’université pour reprendre des études de littérature. Mais rapidement, elle ressent le besoin d’autres émotions. Elle part en quête d’amour, au risque de s’y perdre…


    Allocine


  • Mash up Studiocanal 2021
    Adaptation du roman éponyme signé Olivier Bourdeaut.

    Camille et Georges dansent tout le temps sur leur chanson préférée Mr Bojangles. Chez eux, il n'y a de place que pour le plaisir, la fantaisie et les amis. Jusqu'au jour où la mère va trop loin, contraignant Georges et leur fils Gary à tout faire pour éviter l'inéluctable coûte que coûte.


    Allocine

VIDÉO SUIVANTE

En 2013, nous avions eu le plaisir et honneur de longuement nous entretenir avec l’immense cinéaste, venu en France pour accompagner la ressortie de son chef-d’oeuvre maudit, dans une version remontée par ses soins. “Ce n’est pas une restauration, c’est une reconstruction !” nous avait-il lâché, comme pour mieux souligner encore les mutilations faites sur son oeuvre d’une beauté sidérante et écrasante, qui reste, 40 ans après sa sortie, un des plus grands films du cinéma américain.

Cet échange fut aussi pour lui l‘occasion de revenir sur les violentes critiques faites à son film à l’époque, surtout les critiques américaines, mais aussi d’évoquer ses influences, sans oublier bien entendu de glisser quelques mots sur son film précédent, Voyage au bout de l’Enfer. Magie d’une rencontre où le temps nous a paru comme suspendu.

Source: Lire L’Article Complet