Le rappeur Ademo (PNL) en garde à vue pour usage de stupéfiants : son arrestation musclée divise Twitter (VIDEO)

Ademo du duo de rap PNL fait l’actualité depuis samedi soir : son arrestation à Paris a été filmée et est extrêmement commentée sur les réseaux sociaux.

Ce samedi 5 septembre à Paris, Ademo du groupe phénomène PNL a été interpellé par la Police sur une terrasse d’un café (comme le montre la vidéo ci-dessous, ndlr). Le célèbre rappeur aurait attiré l’attention des forces de l’ordre à cause de son masque mal mis, d’après les témoins. Certains ont affirmé dans Le Parisien qu’Ademo n’a pas voulu donner ses papiers d’identité. Dans les vidéos qui circulent sur Twitter, on le voit assez tendu, entouré de trois policiers. Un témoin a déclaré au Parisien : “Il a commencé à se défendre, il les insultait un peu car il y en avait un (policier, ndlr) qui ne portait pas de masque. Ils ont commencé à en venir aux mains“. 

À lire également

Gims : Netflix dévoile la bande-annonce de son documentaire (VIDEO)

Les autres vidéos montrent le rappeur à terre, mettant un certain temps avant de coopérer. “Je me laisse faire !“, crie-t-il, paniqué. Mais quatre agents le maintiennent et l’un d’entre eux le serre fortement au niveau de la gorge et de la poitrine. Cette scène impressionnante qui peut paraître excessive, a lancé les hostilités. Les nombreux témoins se sont inquiétés : “Vous l’étranglez devant son enfant ! Vous êtes quatre contre un !“. Une fois Ademo menotté, les policiers retrouvent leur calme mais sont victimes de violentes injures de la part de quelques témoins.

Pendant ce temps, l’un des policiers s’approchent du rappeur pour lui parler plus sereinement. Emmené dans le fourgon, Ademo a alors commis un délit qui ne l’a pas servi en insultant à son tour délibérément l’un des agents en regardant l’une des caméras des témoins : “On m’a pris pour un fils de p*** ! Ils ont essayé de me buter, il m’étranglait ce fils de p***“. Une fois au commissariat du XIVème arrondissement, Adema a été placé en garde à vue pour “usage de stupéfiants”, “outrage” et “rébellion”, d’après l’AFP. Sur les réseaux sociaux, certains dénoncent une violence policière, d’autres pointent du doigt un artiste qui a refusé de coopérer dès le début et jusqu’à la fin, et l’accusent même d’avoir voulu profiter de son statut.

Toutes les vidéos sur l’arrestation d’Ademo ! pic.twitter.com/A8K3bCjbCE

Nicolas Perron

Source: Lire L’Article Complet