Magazine de la santé : qui est Jean-Marc Sène, nouveau coprésentateur ?

Depuis le 4 janvier, il est coprésentateur de la nouvelle formule du Magazine de la santé aux côtés de Marina Carrère d’Encausse, du lundi au vendredi à 13 h 40 sur France 5 . Ce médecin du sport par vocation a rapidement montré des aptitudes pour l’animation.

Jean-Marc Sène est fait pour la scène. D’un abord très facile, naturellement chaleureux, il a le sens de la pédagogie et un côté showman qu’il ne renie pas. Ce n’est pas un hasard si, depuis quelques années, les médias le sollicitent. Tour à tour M6, où il apparaissait dans E=M6 en 2014, RFI, où il a été chroniqueur en 2015, et France 5, depuis 2018. Mais sa vocation, c’est la médecine. "Au lycée, j’avais deux passions, la santé et le sport. Et c’est d’ailleurs au cours de mes études que j’ai découvert qu’il existait une médecine du sport !", avoue ce natif de Lucé, près de Chartres, en Eure-et-Loir. Par la suite, Jean-Marc Sène s’est spécialisé en traumatologie, ostéopathie, nutrition et physiologie de l’entraînement. Ce qui l’a ainsi amené à accompagner l’équipe nationale de football féminin, puis à s’occuper de l’équipe de France de judo. En parallèle, il donne depuis toujours des conférences dans différentes écoles et facultés. "Quand je suis à l’antenne, ça me rappelle quand je suis au tableau avec mes élèves !", précise-t-il.

À 48 ans, il continue d’exercer comme médecin du sport dans son cabinet du 13ème arrondissement de Paris. "C’est important d’être au contact des patients. C’est un plaisir. Michel Cymes avait continué, lui aussi, à le faire tout en présentant l’émission", explique-t-il. Et c’est en référence au tandem que le docteur Cymes formait avec Marina Carrère d’Encausse que la chaîne a décidé de confier à celui qui faisait déjà partie de la "bande" du Magazine de la santé d’être coprésentateur. "La chaîne et le public gardent un bon souvenir du binôme qu’ils formaient. On va essayer de le reproduire." Et Marina Carrère d’Encausse de justifier ce choix : "On rit beaucoup ensemble et nous avons la même façon de voir les choses. Il a un côté très rassurant." "Je nous compare à des danseurs. Si l’un de nous deux fait un faux pas, l’autre le rattrape", ajoute Jean-Marc Sène en amateur de forró, cette danse traditionnelle brésilienne. Sportif par nature, il pratique le grappling, une forme de lutte inspirée du jiu-jitsu. C’est de là qu’il tire la belle énergie qu’il se plaît à diffuser autour de lui.

Source: Lire L’Article Complet