Michel Drucker proche du pouvoir : ce poste à haute responsabilité qu'il a refusé…

Dans “Les Visiteurs du soir” le journaliste Renaud Revel révèle une folle anecdote sur Michel Drucker…

Si Michel Drucker cultive de bons rapports avec les locataires de l’Elysée, il n’en a jamais abusé. C’est ce que révèle le journaliste Renaud Revel, dans son livre, “Les Visiteurs du soir”. Dans cet ouvrage, on apprend que l’animateur s’est vu proposé maintes fois un poste de patron de chaîne ou de radio, et qu’il a toujours refusé. 

En effet, l’auteur assure que Nicolas Sarkozy était admiratif de sa carrière, mais trouvait qu’il se gâchait à ne pas viser plus haut. “Choisis ce que tu veux et tu l’as” lui aurait-il dit. Même chose du côté de Jacques Chirac, nous dit-on.

Et Michel Drucker de raconter avec malice :”J’entends encore Bernadette Chirac me dire : ‘Vous ne voudriez pas être patron, un jour, Michel ? Vous savez que Jacques peut vous aider.’ J’aurais pu postuler, mais ce n’était pas mon truc. J’ai toujours pensé que ce métier n’était pas fait pour nous, les saltimbanques”.

À lire également

Michel Drucker avoue avoir été hospitalisé sous une fausse identité

Non, ce que Michel Drucker veut, plus que tout, c’est garder le lien qu’il a avec son public. Une “obsession” assure par ailleurs Étienne Mougeotte dans son autobiographie à propos de lui… C’est pourquoi, comme Renaud Revel le révèle “tous les cinq ans, à l’expiration du mandat du P-DG de France Télévisions, Michel Drucker reprend son bâton de pèlerin” pour assurer sa promotion. Il “multiplie les déjeuners avec les politiques, s’informe des candidats en lice, s’en va discrètement à l’Elysée prendre le pouls. Et se rappelle aux bons souvenirs des uns et des autres”.

Il fait jouer son “carnet d’adresses” avec un seul objectif : “rempiler pour la saison qui vient et se blinder pour les cinq prochaines années”. Et il se débrouille plutôt bien depuis 1994, et son retour sur France 2. 

F.A

Source: Lire L’Article Complet