Mort de Bertrand Kamal : les confidences poignantes de ses proches

Dans les colonnes du Parisien, les proches de Bertrand-Kamal se sont confiés sur l’homme qu’il était loin des caméras.

C’est une nouvelle qui a fait l’effet d’une bombe. Jeudi 10 septembre 2020, TF1 et ALP, la production de Koh-Lanta, ont annoncé dans un communiqué officiel le décès de l’aventurier Bertrand-Kamal. Agé de 30 ans, l’animateur souffrait d’un cancer depuis sa sortie du jeu d’aventure. Depuis, les hommages pleuvent et c’est toute une tribu qui est en deuil. L’animateur Denis Brogniart mais aussi ses coéquipiers lui ont ainsi tous adressé de vibrants messages. Mais qui était vraiment Bertrand-Kamal, loin des caméras ? Dans les colonnes du Parisien, deux collègues et amis se sont confiés sur sa personnalité.

Diana, l’une de ses meilleurs amis, a notamment débuté en précisant comment Bertrand-Kamal avait appris son cancer du pancréas en janvier après son retour du tournage aux Fidji. "Il était venu fêter son anniversaire. a ce moment-là, il a compris qu’il avait un truc" a-t-elle confié. "C’était déjà trop tard (…) Opérations, chimio, il a tout fait pour vaincre sa maladie. Il était tellement optimiste qu’on pensait que tout irait bien. Je m’en veux… On échangeait souvent au téléphone mais il répondait de moins en moins. Et avec le Covid, c’était compliqué d’aller le voir. Heureusement sa famille était présente." a ajouté William, un autre de ses proches.

Bertrand-Kamal : "un lion"

Sur son lit d’hôpital, Bertrand-Kamal s’est battu jusqu’au bout. "J’ai lutté comme un lion" sont d’ailleurs les derniers mots qu’elle a entendu de lui. S’il ne s’était pas confié sur sa participation à Koh-Lanta – les 4 terres, Bertrand-Kamal avait tout de même révélé avoir vécu une aventure extraordinaire. "La télé, c’était le rêve de sa vie (…) Il aurait aimé y faire carrière. Les télespectateurs l’ont découvert un peu en retrait mais c’est un vrai leader." a ajouté Diana. Selon ses dires, le défunt avait toujours besoin de se démarquer, de gagner et de sortir du lot. Bertrand-Kamal aimait aussi fédérer. "Diana, j’aime tellement la vie, je ne veux pas mourir" confiait-t-il sans cesse.

Source: Lire L’Article Complet