« On the Rocks » met du Coppola dans la peau de Bill Murray

  • Sofia Coppola retrouve Bill Murray dix-sept ans après « Lost in Translation ».
  • La réalisatrice offre à l’acteur un rôle de père envahissant et surprotecteur face à sa grande fille en crise de couple.
  • Même si Sofia Coppola s’en défend dans la presse, on ne peut s’empêcher de voir des similitudes entre ce personnage et son père, le réalisateur Francis Ford Coppola.

Dix-sept ans après  Lost in Translation,
Sofia Coppola retrouve 
Bill Murray pour lui offrir un rôle père envahissant et séducteur dans On the Rocks, disponible ce vendredi sur Apple TV+.

« Bill est un ami et un grand frère pour moi », déclare Sofia Coppola à
Entertainement Weekly. C’est un beau rôle qu’elle donne à l’acteur qui, dans le film, incarne le père de 
Rashida Jones, romancière et mère de famille qui craint d’être trompée par son mari (joué par
Marlon Wayans). Quand on voit Bill Murray en papa surprotecteur, le spectateur ne peut s’empêcher de penser que la réalisatrice s’est forcément inspirée de son propre père, le réalisateur
Francis Ford Coppola. « Mon père n’est pas le personnage du film », assure-t-elle cette semaine
dans Les Inrockuptibles. Soit, mais 20 Minutes n’a pas pu s’empêcher de comparer réalité et fiction…

Nos articles sur Sofia Coppola sont ici

Papa est grisonnant et séduisant

C’est plus fort que lui. Le papa du film ne peut pas voir une femme sans avoir envie de lui faire la cour et son charme opère. Toutes – de la serveuse de restaurant à la collectionneuse de toiles de maître – craquent pour cet homme gentil qui se conduit en gentilhomme. Pour l’avoir rencontré, on confirme que le bon Francis a cette faconde teintée d’une galanterie un peu désuète, mais si agréable.

Papa est connu et reconnu

Dès qu’il fait un pas quelque part, ce gentleman d’un autre temps rencontre des amis qui ne demandent qu’à lui rendre service. Même la police l’adore et il n’y a guère que son gendre pour se montrer réfractaire devant son verbe de velours et son autorité de fer. Là encore, le réalisateur du Parrain et Apocalypse Now doit avoir un carnet d’adresses bien fourni en relations de tous horizons.

Papa est envahissant et possessif

Dans le film, l’héroïne est fille unique. Si ce n’est pas le cas de Sofia Coppola, on peut quand même bien imaginer Papa ne pas avoir eu une affection immodérée pour les prétendants, puis pour l’époux de sa fifille. On espère qu’il ne va pas jusqu’à enquêter sur ces derniers dans l’espoir de les découvrir infidèles pour récupérer sa progéniture et garder Sofia rien qu’à lui.

Papa est agaçant et attendrissant

Bill Murray dans On the Rocks provoque un mélange d’attendrissement et d’agacement que seule la famille proche – celle qui vous connaît mieux que sa poche – peut déclencher chez tout un chacun. Ce sont probablement ces sentiments mêlés qui se rapprochent le plus des véritables rapports qu’entretiennent Sofia et Francis Ford Coppola. Cette relation, la réalisatrice la transpose à l’écran avec la complicité d’un comédien touché par la grâce.

Source: Lire L’Article Complet