« Storia di Vacanze », ça brûle au second degré

  • « Storia di vacanze » plonge au cœur de la vie de banlieusards romains en plein cœur de l’été.
  • L’humour noir est l’ingrédient principal de cette fable cruelle récompensée à Berlin et montrée à Reims Polar.
  • Ce film tragique et féroce rappelle le travail du réalisateur américain Todd Solondz.

Les histoires de vacances peuvent être cruellement drôles ! Storia di vacanze de Pablo et Damiano D’Innocenzo, récompensé par le prix du scénario à Berlin en 2020 puis montré au Festival
Reims Polar, en fait une démonstration éclatante. Les jumeaux, réalisateurs du vénéneux Frères de sang, ont mis du vitriol dans leur humour pour montrer des familles italiennes pas vraiment équilibrées.

C’est sous la forme d’une fable vue à hauteur d’enfants que Fabio et Damianio D’Innocenzo décrivent le mal-être de leurs personnages provoquant un rire grinçant chez le spectateur. « Cette histoire pourrait être tout droit sortie de l’œuvre des frères Grimm. Un monde de sensations, de couleurs vives et d’odeurs, même si en arrière-plan, tout brûle », expliquent-ils dans le dossier de presse.

Un rire étranglé

Jalousie, rivalités et mesquineries déchirent des personnages adultes grotesques et irresponsables. On pense souvent à l’univers de Todd Solondz devant ces héros sinistrement drôles. Si le titre italien du film est « contes de fées », c’est bien évidemment ironique. L’obligation faite à des gamins de lire leurs bulletins scolaires devant les invités, un bébé que sa mère garde en couveuse jusqu’à la fin de l’été… les situations oscillent entre l’absurde et le tragique.

La banlieue romaine devient un lieu cauchemardesque dans l’étouffante moiteur estivale. Le rire se meurt souvent dans la gorge du spectateur tant le talent des frères Daminano analysent avec acuité les causes d’un drame inévitable. Leur talent pour déranger et malmener est éclatant dans Storia di vacanze.

Source: Lire L’Article Complet