Tout Hollywood rend hommage à Richard Donner

Le réalisateur Richard Donner s’est éteint ce lundi à l’âge de 91 ans. Depuis, le tout Hollywood rend hommage à celui à qui l’on doit la franchise L’Arme Fatale, Les Goonies ou encore les premiers Superman avec Christopher Reeve. « Dick avait une maîtrise si puissante de ses films et était si talentueux dans tant de registres. Être dans son cercle revenait à vous balader avec votre coach préféré, votre professeur le plus intelligent, votre guide le plus féroce, votre ami le plus attachant, votre plus fervent allié et – bien sûr – le meilleur des Goonies. C’était un enfant. Il avait le cœur sur la main. Tout le temps. Je ne peux pas croire qu’il soit parti, mais son rire franc et rauque restera toujours avoir moi » , a déclaré
Steven Spielberg dans un communiqué
publié sur le compte Twitter de sa société Amblin.

Un ami, un mentor et même un père

Mel Gibson voit également partir un « ami et mentor ». Dans un communiqué relayé par le Los Angeles Times, la star de L’arme fatale n’a pas tari d’éloges envers Richard Donner, saluant sa « grandeur » et son « humilité ». « Il laissait son ego à la porte et exigeait la même chose des autres. Il était magnanime de cœur et d’âme. Il a généreusement donné à tous ceux qui le connaissaient (…). Il me manquera beaucoup, avec tout son esprit malicieux et sa sagesse » a-t-il déclaré.

Son acolyte Danny Glover a lui aussi salué la mémoire du cinéaste. « Travailler avec Dick Donner, Mel Gibson et l’équipe de L’arme fatale a été l’un des moments de ma carrière dont je suis le plus fier. Je lui serai à jamais reconnaissant de s’être vraiment soucié de moi, de ma vie et de ma famille. Nous étions amis et nous nous aimions bien au-delà de notre collaboration et le succès que la franchise L’arme fatale nous a apporté. Il me manquera tellement », a écrit l’interprète du sergent Murtaugh.

Enfin, Corey Feldman et Sean Astin, les deux stars des Goonies, ont également rendu hommage au réalisateur qui les avait révélés. « Ce que je percevais de lui en tant qu’enfant de 12 ans, c’était qu’il faisait attention (aux autres) », s’est souvenu Sean Astin dans un
tweet, quand Corey Feldman s’est
désolé d’avoir perdu ce qui, pour lui, s’était rapproché le plus d’un « vrai père ».

Source: Lire L’Article Complet